Devenir architecte

Devenir architecte

Welcome to our blog dedicated to architecture, landscape and design.

Shigeru Ban : l'architecture de l'urgence

Salut salut!

Aujourd'hui, nous poursuivons la série d'articles sur les architectes inspirants. Notre choix s'est porté sur Shigeru Ban, architecte japonais, lauréat du prix pritzker en 2014. Ayant consacré beaucoup de temps à de très grand projets au caractère iconique au début de sa carrière (Center Pompidou Metz, Pavillon du Japon à l'Expo 2000 de Hanovre, Le Nomadic Museum, ...), il constate qu'il fait beaucoup moins qu'il le pourrai pour les populations défavorisées. Décu par cette facette qu'il vient d'appréhender, il décide de devenir " l'architecte du peuple".

 

 

1-   Particularités de Shigeru Ban

 

  • Utilisation d’un matériau bon marché et respectueux de l’environnement (les tubes de carton obtenu par recyclage de carton usés)

 

Quand on parle de bâtiments, on pense toujours à la solidité et stabilité de l’ouvrage. Cela nous pousse à rejeter instinctivement certains matériaux. On se retrouve généralement tourné vers des matériaux conventionnels comme le béton, la pierre, le bois, … Et si quelqu’un vous disait qu’il veut construire une maison avec du carton ? ça ressemblerait certainement à une grosse plaisanterie n’est-ce pas ? Toutefois, nous connaissons un homme qui le fait très bien. Il s’agit de Shigeru Ban, architecte japonais lauréat du prix pritzker 2014. En effet, animer d’une volonté de travailler avec un matériau anonyme et modeste et respectueux de l’environnement, Shigeru Ban constate alors la solidité des rouleaux de papier pour les fax, que les bureaux et entreprises passent leur temps à jeter à la poubelle, et décide de les utiliser. L’architecte japonais délaisse ainsi les procédés et matériaux constructifs classiques. Préférant relever le défi que représente l'utilisation d'éléments hors normes pour composer des espaces architecturaux, l'architecte change de ce fait la supposition selon laquelle le carton est fragile et souple.

 

Grace à ses systèmes de structures innovantes en tubes de carton qui ont été de nombreuses fois tester en laboratoire, et dont la « Maison de carton » (Yamanashi Ŕ Japon, 1995) fut l’illustration exemplaire, il a permis l’homologation du carton comme matériau de construction. En faisant ce choix, pourtant critiqué et craint, Shigeru Ban privilégie l’économie de matériaux, de moyens et surtout la transformation des déchets en richesses.

 

  • Intervention dans les situations de crise (architecture de l’urgence)

 

Dans un monde de plus en plus touché par les situations de crise (catastrophes naturelles, guerres civiles, attentats terroristes, …) le besoin en logements n’a jamais été aussi urgent qu’aujourd’hui. L’accès à un abri décent est un droit humain, et nous avons le devoir, en tant qu’architecte, de trouver des solutions à ces crises aussi contemporaines qu’intemporelles. Le risque est aujourd’hui omniprésent et le plus souvent ce sont les pays en voie de développement qui font face à ces phénomènes, puisque 80% d’entre eux touchent les pays les plus défavorisés. Le manque de moyens ainsi que les infrastructures pauvres de ces pays augmentent considérablement le risque et les dégâts causés suite à une catastrophe. Ces sites sinistrés sont presque toujours ignorés par les architectes, souvent trop occupés à servir des personnes ayant des privilèges et voulant affirmer leur puissance et leur argent.

 

 

Souvenez-vous du génocide rwandais en 1994 qui n’est pourtant pas une catastrophe naturelle, mais qui provoqua une vague de morts et de réfugiés sans précédent en Afrique. Il fut géré au début de manière inapproprié par UNHCR (united nations high commissioner for refugees), voyant cela Shigeru Ban proposa alors de remplacer les tentes « sales et minables » prévu par celui-ci par des cabanes en tube carton. Après les séismes de Kobe en 1995 et d’Istanbul en 1999, il réalise des maisons en carton pour abriter les réfugiés et la liste est longue. L’architecte réunit lui-même les fonds pour financer chaque projet, renforçant ainsi le caractère humanitaire de ses œuvres. Il contrôle la collecte des matériaux recyclables donnés par les entreprises et organise les chantiers de construction : avec l’aide des réfugiés, des étudiants en architecture et bénévoles.

 

Les compétences d’un architecte (prendre différents éléments de divers horizons et les assemblés en un tout cohérent) lui donnent la possibilité de trouver des solutions à toutes ces situations. Ainsi nous devons chercher activement ces sites, se trouvant d’ailleurs partout, dans nos périphéries, dans nos campagnes…, pour y apporter du bien-être, de l’honneur, de l’espoir.

 

  • Un amour du travail avec les étudiants, avec la jeune génération

     

En Afrique, il est de coutume de dire que lorsqu’un vieux meurt c’est une bibliothèque qui brule, par conséquent la transmission de la connaissance (technique) et de la vision (pensée) des sages et des experts aux moins expérimentés est primordial, sinon vitale pour l’évolution de nos écosystèmes (pays, ville, école). Mais de nos jours, à cause des avancés technologiques, il se produit une rupture entre ces deux générations de tel sorte que les plus expérimentés ont de la peine à transmettre aux plus jeunes. Réciproquement les jeunes ne veulent plus prêter attention aux dires des plus expérimentés. Tout cela brise un cycle naturel de partage et installe un climat de doute et de peur entre ces générations. Faisant fi de tout cela, Shigeru Ban prend le soin dans ses projets peu importe la nature du projet (logement, église, musée) de toujours travailler avec des étudiants en architecture ou autre, préparant ainsi la relève. Il est un enseignant engagé qui n’est pas seulement un modèle pour les jeunes générations ; il est aussi une source d’inspiration. Il est aussi le fondateur d’un réseau d’architectes bénévoles.

Nous gagnerons en grandeur en transmettant de manière inconditionnelle tout ce que nous apprenons, comme le faisait les artistes de la renaissance, période clé pour l’architecture (Leonard de Vinci, Raphael, …) et plus loin encore les penseurs de l’antiquité (Socrate, Platon, …) qui on le sait bien poursuivaient la voie de l’excellence. Peu importe les refus et peu importe les critiques, transmettons nos passions, nos espoirs et nos forces, aux plus jeunes.

 

     2-  Vision et Démarche, Processus de travail

 

L’élégante simplicité et l’apparente absence d’effort dans son travail est le résultat d’années de pratique et d’amour de la construction. Sa grande connaissance des structures et son appréciation des maîtres tels que Mies van der Rohe et Frei Otto ont contribué au développement et à la précision de ses constructions, prouvant de nouveau l’importance d’avoir un mentor, un modèle.

 

 

L’architecte japonais dans ses projets à caractère humanitaire a toujours comme idées motrices le rehaussage de la dignité humaine et la simplification de l’acte de construire (avec des structures facilement démontable), qui sont toujours mis à mal par les moyens disponibles dans ce genre de situation.

Qu’il s’agisse :

Du contexte (la situation)

Du programme (les fonctionnalités à intégrer)

Des moyens matériels (matériaux disponibles, …)

en concevant, Shigeru Ban formule une réflexion qui dépasse ces notions grâce à l’importance et au temps qu’il accorde à comprendre les pratiques et besoins locaux puis aux matériaux locaux et recyclables.

 

 

Son travail est la preuve que l’on peut adapter l’architecture à toute situation. Par l’interrogation de notre processus de conception architecturale ainsi que son action dans la société, on peut donner une valeur autre aux matériaux, aux objets. Au travers de cela, on apporte ainsi  du bien-être la où il n'y en avait pas.

 

    3-  Critiques

 

Un phénomène arrive fréquemment en Afrique, celui de l’ignorance de l’architecte par les populations de classes moyennes et prolétaires comme celui-là qui conçoit le cadre dans lequel l’homme vie, se développe et s’épanouit (maison d’habitation, espace de détente, immeubles de bureaux, magasins…). Cela est provoqué par nombre de facteurs, notamment les politiques en place (plusieurs projets sont confiés à des étrangers), la concentration des architectes seulement dans les grandes villes, le nombre insuffisant de vrai architecte (parce que croyez-le ou non, il y’a un grand nombre de faux architectes) …. Frapper au visage par tout cela, Shigeru Ban fut encore plus déçu par notre métier d'architecte, car nous architectes, nous n'aidons pas, nous ne travaillons pas pour la société. Mais nous travaillons pour des gens privilégiés, des personnes riches, le gouvernement, les promoteurs. Ils ont l'argent et le pouvoir. Ces derniers sont invisibles, ils nous embauchent pour rendre visibles le pouvoir et l'argent au travers des architectures monumentales, de luxes.

 

Nomadic Museum, USA, Mexico, Japan
Nomadic Museum, USA, Mexico, Japan

 

Historiquement, c'était déjà le cas, et maintenant nous faisons encore la même chose, mettre en avant l’orgueil de l’architecte. Voilà notre profession.

 

4-  Quelques projets marquants

 

  • Maison aux murs rideaux 1995

 

 

  • Centre Nicolas G. Hayek 200

 

 

  • Centre Pompidou-Metz 2010

 

 

 

  • Cathédrale de carton, extérieur.

 

 

 

  • La Seine musicale 2016

 

 

  • Paper Log Houses

 

 

 

   5-   Quelques citations inspirantes

 

 

  • « J'ai donc pensé, qu'en tant qu'architectes, nous pouvions être impliqués dans la reconstruction de logements temporaires. On peut les améliorer. »

 

  • « Qu’est-ce qu’un bâtiment permanent et qu’est-ce qu’un bâtiment provisoire ? Même un bâtiment fait en papier peut devenir permanent tant que les gens l’aiment »

 

  • « Même les matériaux les plus fragiles peuvent faire des bâtiments solides »

 

  • « Les architectes ne construisent pas de logements temporaires parce que nous sommes trop occupés à bâtir pour les personnes privilégiées... Je ne dis pas que je suis contre la construction de monuments, mais je pense que nous pouvons travailler plus pour le public. »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cleaning services 23/07/2019 08:09

Keeping your house clean is usually an arduous task if you factor in other stresses involving modern lifestyle. This is the reason why many people tend to hire property cleaners. It’s a great way to maintain house hunting its best with virtually no hassle. Allow me to share the top services that a majority of house products provide:

Gide PETTOG 11/01/2019 10:33

Salut "devenir architecte"
Qu'entend t'on par architecte africain?
Est ce celui qui quitte l'Afrique et va étudier en occident puis revient plutard pour construire avec les materiaux locaux? Parce que de nos jours quand on utilise le theme "africain " dans une conception, alors cela signifie que cette conception utilise soit les materiaux locaux soit a fais allusion aux motifs africain sur la forme du batiment ou encore sur la facade.
Ou peut etre est ce celui qui va dans une école de formation et apprends les technique de construction occidentale et qui passe le moment d'apprentissage par excellence c est a dire l ecole se jette dans la construction et essai ci et la de faire des constructions avec materiaux locaux sans surement en maitrisé la technique. Je pose cette question mais je ne peux moi aussi repondre a celle-ci.
Parlant de shigeru Ban et ce materiaux innovant dont il dote desormais notre archiculture je pense que cela est le fruit d'une evolution.

Au japon le mateiau par excellence pour la construction est le Bois. Je pense donc que dans un élant de curiosité et d'innovation s est posé la question à un moment donné "quand n est il des derivées du materiau bois"
Revenant au sujet de l'architecte africain je me pose la question finalement ne devons nous pas considerer l architecte africain comme un artiste car dans les societes africaines ancestrales on avait des artisans qui concevait les utilités pour les membres de la societé sans qu'on ne leur donne un titre ou un nom particulier.
Merci