Devenir architecte

Devenir architecte

Welcome to our blog dedicated to architecture, landscape and design.

ALEJANDRO ARAVENA : Vers une architecture sociale

 

ALEJANDRO ARAVENA : Vers une architecture sociale

Bonjour, chers passionnés d'architecture !!! Joie nouvelle de partager cette autre publication avec vous. A l'occasion de cette rentrée 2018, nous avons voulu attaquer la question du mentorat pour nous, élèves architectes. Avoir un(des) mentor(s) c'est important, mais nous avons tendance à négliger cela. Pourtant, bon nombre de personnes autour de nous nous inspirent de par leurs travaux, leurs visions, leurs amour pour ce qu'ils font,... Il s'agit parfois d'un architecte de renom ou non, d'un enseignant, d'un ainé académique de tel ou tel niveau, un promotionnaire ou même un cadet académique. Il n’y a pas de limite...

¨ L’élève n’est pas un vase qu’on remplit, mais un feu qu’on allume¨  Idriss Aberkane.
Toutes les grandes œuvres requièrent de l’inspiration, aussi pour réaliser la vôtre, en l’occurrence réussir dans sa formation en architecture et bien d’autre choses, utiliser tous les moyens à votre disposition pour maintenir votre inspiration au maximal, notamment en suivant les travaux, la manière de penser, la méthodologie de personnages édifiants et ceux dans n’importe quel domaines, car comme l’a dit Albert Einstein ¨ la créativité est contagieuse faites la tourner¨. C’est dans cet ordre d’idées que s’inscrit la série d’articles portant sur des architectes inspirants, dont le premier portera sur Alejandro Aravena lauréat du prix pritzker 2016.

 

1)    Particularités de Alejandro Aravena

 

- Un grand amour pour le travail en équipe

 

La nature est le terrain d’un véritable esprit et travail d’équipe, des fourmis aux abeilles en passant par les termites réalisent des exploits tous les jours malgré leur taille insignifiante, malgré leur condition fragile, prouvant ainsi l’importance de s’unir pour atteindre un objectif. Même la nature récompense la coopération, c’est le cas du lichen, véritable symbiose entre une algue et un champignon l’illustre très bien. Cet état d’esprit de coopération dans l’exercice de son métier est très encré chez Alejandro Aravena. C’est pourquoi ce dernier n’utilise que très rarement le «je » pour parler de ses idées et solutions, il utilise toujours le « nous » pour rappeler qu’il fait partie d’un ensemble beaucoup plus grand qui est son agence ELEMENTAL, un DO THANK (laboratoire d’idées mêlant travail intellectuel et expérimentions sur le terrain) créée en 2001 et basé au chili dans la ville de Santiago. Pour Alejandro Aravena l’œuvre collective est le futur des villes. C’est d’ailleurs avec Andres Iacobelli, ingénieur civil, ex-associé et cofondateur d’Elemental qu’Alejandro aravena aurait imaginé ou plutôt réactivé le  système de logement social à finir, concept qui l’a propulsé puisque sa notoriété s’est faite principalement sur le projet de la Quinta Monroy, à Iquique au Chili, en 2004. Ce système aurait permis de construire 100 maisons sur un budget qui ne pouvait en financer que 30, tandis que la gestion des sols rationalisés a permis de garder en centre-ville des familles vouées à l’exode dans la périphérie de cette bourgade de 220 000 âmes.

 

- Un grand intérêt pour les défis du XXI siècles  

 

 

Nous sommes aujourd’hui dans un monde ou le « défis » rime déjà avec la « crise », à l’exemple de la crise économique, écologique, environnementale, du logement et bien d’autres. Depuis les années 1950, les villes ont absorbé plus de deux tiers de l’explosion démographique mondiale.

Oui, les habitants affluent, la ville se densifie, les loyers explosent et les logements perdent en taille et en qualité.

Oui, les restrictions budgétaires placent les logements sociaux généralement loin de la ville et de ses commodités, dans un étalement urbain pauvre en créant des conflits sociaux et des inégalités.

Oui, le nombre de SDF augmente de jour en jour et de nombreuses familles ou personnes se retrouvent contraintes de s’installer sur des terrains dangereux, dans une précarité sans pareil et dans des conditions invivables.

Oui, nous sommes à une époque où les écarts entre les hommes ne cessent de s’accroitre. A cet effet donc, il semblerait que les réponses de l’équipe chilienne Elemental puissent être les prémices d’une architecture de crise. Alejandro Aravena a été le pionnier d'une pratique plus collaborative de l'architecture qui produit des œuvres puissantes en relevant les défis majeurs du XXIe siècle. Son travail donne des opportunités économiques aux moins privilégiés, atténue les effets des catastrophes naturelles, réduit la consommation d'énergie et produit des espaces de vie plus accueillants. Il montre comment, si elle est innovante et inspirée, l'architecture peut améliorer la vie des gens.

 

 

- Un rapport particulier à la conception participative

 

Lorsque le client a une place dans le processus de conception, qu’il s’agisse du design d’un vêtement, d’un meuble ou même un bâtiment, la valeur du produit fini s’en retrouve décuplée, car il se l’approprie mieux. Imaginer alors qu’on puisse donner la possibilité aux habitants des logements sociaux (logements qui on le sait bien souffrent d’une perte progressive de valeurs au fil du temps) de participer de manière individuelle à l’évolution et à l’aménagement de leur espace de vie. Il s’en suivra une nette augmentation de la valeur sociale et économique de celui-ci.

En partant du constat que les besoins des familles ne cessent d’évoluer, et en observant la difficulté d’agrandir des logements standards, l’équipe Elemental va se lancer dans la conception d’un module qui anticipe l’extension au lieu de la subir. Chaque module de logement comporte une partie creuse, facilement aménageable. Libre ensuite à l’habitant de choisir quand il va entreprendre l’extension de son logement. Libre à lui aussi de choisir les matériaux ou la forme des ouvertures pour les nouvelles pièces, ce qui permet aux habitants de personnaliser leurs logements et de mieux se l’approprier. On sort ainsi de la standardisation des logements sociaux courants.

 

 

2)    Vision et Démarche, Processus de travail

 

 

L'habitat social pose des questions compliquées, et pour y répondre, il faut de la qualité plus que de la charité. Par conséquent, la philosophie de Alejandro Aravena repose sur une utilisation de ressources limitées : faire plus avec moins 
Partant du constat selon lequel le pouvoir majeur du design, c’est celui de la synthèse, Alejandro Aravena essaye de comprendre et de répondre à la menace du TRI : taille, rapidité et insuffisance de moyens, en utilisant la capacité des gens à construire. Outre la force de l'auto-construction, l’architecte fait aussi recours à la force du bon sens, et même celle de la nature, qui sont toutes traduites en forme par l’architecte chilien,
forme qui ne modèle ni le ciment, ni les briques ou le bois, mais la vie elle-même.

 

 

Une philosophie et un parcours à méditer, en particulier, dans nos pays africains, où l’urgence, la pression sociale, ou encore le manque de moyens sont souvent évoqués pour expliquer la qualité très relative des quartiers et des aménagements urbains en général. Pourtant, il semble qu’une bonne partie de l’explication soit ailleurs.

 

3)    Critiques sur le métier tel qu'il est pratiqué aujourd'hui

 

En se posant la question de : comment faire pour augmenter la qualité et la superficie de l’espace habitable des logements sociaux, tout en tenant compte des faibles ressources disponibles tout en tenant compte des revenus assez faibles des futurs habitants ? Alejandro aravena en arrive à pointé du doigt l’attitude négligé et effrayé que prennent les architectes

face à cette question.

-Restrictions budgétaires

-faible rémunération

-délai contraignant

-extension anarchique des habitants

-espaces restreints, …

Sont toujours les contraintes ou maux liés au processus de création des logements sociaux. Contraignant pour la majorité des architectes mais sources d’inspiration pour Alejandro Aravena, son travail prouve à son tour que l’ingrédient indispensable pour créer, pour innover reste toujours la contrainte. Être architecte aujourd'hui, ce n’est plus seulement se préoccuper de forme mais bien plus de l’informe, pensez-y !

 

4)    Quelques projets marquants

 

 

- Le projet de la Quinta Monroy, à Iquique au Chili: la force de l'auto-construction

 

 

- Le projet du concours pour le Angelini Innovation Center: la force du bon sens

 

- Le projet de reconstruction de Constitucion, une ville de au sud du chili: La force de la nature

 

NB: ces différents points sont très bien développés dans la vidéo de la conférence TED à la fin de l'article.

 

5)    Quelques propos marquants

 

Il est question ici de partager quelques propos assez profonds de l'architecte, qui pourront nous aider à voir les choses autrement. Toutefois, ne nous cantonnons pas à les prendre de façon isolée, car les avoir c'est bien, mais les considérer dans leurs contextes, c'est encore mieux.

 

« Plus un problème est complexe, plus il a besoin de simplicité. »
« Face à un problème, la priorité, ce n'est pas seulement d’essayer de trouver la bonne réponse, mais plutôt d'identifier avec précision quelle est la bonne question car, il n'y a rien de pire que de bien répondre à la mauvaise question. »
« Nous préférons construire la moitié d’une bonne maison plutôt qu’un mauvais logement. »
« Avec le bon plan, les bidonvilles et les favelas ne sont peut-être pas le problème mais bien la seule solution possible. »
« Comment avoir la moindre influence sur un projet si l’on ne parle pas le même langage que son client ? »

 

Un geste fort

 

 

 

 

Pour finir, nous saluons ce grand geste de l’architecte chilien qui, après avoir reçu le prix pritzker a diffusé une version open source des éléments graphiques d’un certain nombre de projets de l’agence en ce qui concerne le logement social. Ceci montre le désir profond de partager leurs démarches avec le monde entier. Toutefois, il tient à ce que ces ressources ne soient utilisées que pour les projets de logements sociaux.

 

Pour aller plus loin, nous vous recommandons d'accorder un peu de votre temps à cette vidéo de conférence TED. Il est bien vrai qu'elle est sous titré, mais nous avons la conviction que vous n'aurez aucun regret d'avoir investi de votre temps à l'écouter.

 

Merci beaucoup pour votre attention. Nous attendons vos commentaires, et nous rappelons que vous pouvez vous abonner. c'est gratuit !!!!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SM 16/10/2018 01:30

Article intéressant. Je trouve très pertinente cette problematique du logement qui touche aujourd'hui bon nombre de pays. En particulier j'apprécie beaucoup le fait que l'architecte offre des solutions qui avantagent non seulement le côté financier mais aussi le côté social. Nous devrions prendre exemple sur Aravena. Merci aux auteurs.